LA CONNAISSANCE, UN ENJEU AU COEUR DE L'URGENCE CLIMATIQUE

Dans un second volume intitulé « Changement climatique : impacts, adaptation et vulnérabilité », le groupe d’experts de l’ONU s’intéressent aux effets, aux vulnérabilités et aux capacités d’adaptation à la crise climatique. Le constat des scientifiques est vertigineux : les effets du dérèglement climatique affectent autant la vie de milliards d’humains que les écosystèmes les plus précieux. Pire encore, certains de ces bouleversements sont irrémédiables, quel que soit le rythme de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Les chercheurs estiment qu’aujourd’hui la quasi-moitié de l’humanité vit déjà dans des « contextes qui sont hautement vulnérables au changement climatiques ».

Si le défi est de taille et les obstacles sont nombreux, le GIEC rappelle que des solutions existent, qu’elles nécessitent un véritablement international, notamment économique et qu’elles doivent prendre en compte le fonctionnement des milieux pour s’y s’adapter.

La Région, notamment dans l’exercice de ses compétences, affirme une volonté forte de concilier attractivité et aménagement durable du territoire: elle propose, dès à présent à travers le Plan Climat Régional 2, et à l’horizon 2030-2050 à travers le SRADDET, de franchir un cap décisif dans nos pratiques d’aménagement afin d’améliorer la résilience du territoire face aux risques et au changement climatique, de multiplier les opérations exemplaires en termes énergétiques, mais également en matière de prise en compte de la biodiversité et des ressources naturelles (notamment l’eau), et de se donner un objectif commun de diminution de la consommation d’énergie. Un objectif dont l’atteinte exige un engagement résolu de tous les acteurs du territoire. L’enjeu du sol et de la maitrise de l’espace est un thème qui devient de plus en plus prégnant avec notamment la problématique de zéro artificialisation nette.

Sol vivant et biodiversité : des outils pour l’avenir !

Face à cette urgence, le biologiste et Président de la Fédération Biogée, Marc-André SELOSSE nous offre une réponse porteuse d’espoir. A travers ses travaux sur la symbiose dans les domaines de l’évolution et l’écologie, ce spécialiste en botanique et mycologie pose un regard radicalement nouveau.

Il nous explique comment, en observant ce qui se passe sous nos pieds, ce qui y vit, les échanges et les flux énergétiques et chimiques qui s’y opèrent, il est possible de mieux appréhender les enjeux liés à la biodiversité et comment protéger ces interactions.

Lors de la dernière conférence Savoirs Partagés organisée par la Région le 3 mars 2022, Marc-André SELOSSE nous a rappelé la fragilité du lien à la biodiversité et l’interdépendance qui existe entre écosystèmes, santé, culture, climat et biodiversité : « Nous sommes intimement liés à la biodiversité : elle peut nous abimer si on n’y prend pas grade, elle peut nous aider à gérer les agrosystèmes, elle peut nous aider à gérer notre santé, elle peut aider à gérer le climat ».

Retrouvez ici le lien vers la conférence https://youtu.be/l1WjqZTNedA