Retour sur le séminaire « Les ressources des paysages de l’étang de Berre »

Les 28 et 29 janvier se sont tenus deux journées de séminaire sur les ressources des paysages de l’étang de Berre organisées dans le cadre du programme POPSU AMP 4 (Plateforme d’Observation des Projets et Stratégies urbaines de la Métropole Aix-Marseille-Provence).

Le territoire de l’étang de Berre est au cœur de changements profonds, liés aux mutations des systèmes de production, industriels ou énergétiques et au réchauffement climatique qui impactent la valeur sociale, touristique, économique et écologique de ce territoire, sans que cette transition soit accompagnée ou anticipée de manière globale. Sur la base de ce postulat, les chercheurs rassemblés dans le POPSU interrogent le rôle moteur de l’action par le paysage dans son lien au vivant pour informer sur un modèle de développement qui soit producteur d’une qualité d’habitabilité à l’interface de questions d’attractivité, de santé et de qualité écologique en s’appuyant sur les ressources de ses paysages.

Organisé en deux temps, terrain et théorie, le séminaire élaboré avec le soutien du projet Nature For City LIFE a débuté par une itinérance avec les artistes marcheurs du Bureau des Guides , du Plateau de l’Arbois, puis le long de la Cadière de sa source à son exutoire dans l’étang de Bolmon à Marignane. En une journée, et 12 km, cette marche a permis une confrontation aux paysages du sud-est de l’étang de Berre, mêlant espaces habités, occupés, oubliés, sacrifiés… en soulevant leurs problématiques écologiques, patrimoniales, et posant les enjeux futurs de développement et de préservation dans un contexte d’adaptation climatique, mais aussi économique.

Le lendemain après un rappel des enjeux du territoire par Sylvie Lassalle, Catherine Keller du Centre Européen de Recherche et d'Enseignement des Géosciences de l'Environnement (Cerege)  a posé les éléments d’un débat sur les sols et leur multifonctionnalité en présentant plusieurs projets , dont le projet MUSE qui cherche à développer l’intégration de la multifonctionnalité des sols dans les documents d‘urbanisme. La matinée s’est terminée sur la présentation de la vallée de la chimie par Julien Hahaie, directeur de la mission Vallée de la chimie et Bertrand Vignal de l’agence BASE.