Vers une cours d’école verte , le projet d’école Marcel Pagnol quartier de l’Ariane, Nice

Dans le contexte de nécessaire adaptation au changement climatique la Métropole Nice Côte d’Azur a décidé de s’inspirer des expérimentations lancées par des villes membres du réseau des « 100 villes résilientes » comme Gênes, Montréal ou Paris, qui ont fait la démonstration de l’efficacité des solutions basées sur la nature et notamment du projet OASIS développé par la ville de Paris pour lutter contre les ilots de chaleurs dans les établissements scolaires.

C’est pourquoi la métropole a lancé une mission « Verdissement des écoles » pour expérimenter afin des solutions qui à terme pourront être déployées dans les 154 écoles dont la ville est propriétaire.

Pour co construire le projet avec l’ensemble des membres de la communauté pédagogique : enseignants, équipe technique, rectorat, parents et élèves, et tester son acceptabilité, NCA avec le soutien du projet NFCL a voulu définir une méthode de mobilisation dans l’école Marcel Pagnol située dans le quartier de l’Ariane, école pilote pour ce projet.

Ce groupe scolaire sous l’impulsion de son directeur est très engagé sur les sujets de développement durable et d’environnement et a consacré son projet pédagogique 2019 2020 à ce sujet en mobilisant l’ensemble des parents lors de papothèques et par la désignation dans chaque classe d’un enfant délégué au suivi du projet.

L’objectif était de renaturer la grande cour du groupe scolaire 3500 m² de sol imperméable tout en conservant ses usages : terrain de foot, espaces de jeux et de sport, jardin potager, ...« L’idée, c’est d’apporter la nature aux pieds des classes »

4 ateliers ont été organisés entre le 14 octobre 2019 et le 13 février 2020 avec pour objectif la montée en compétence et l’appropriation par la co-construction de la communauté éducative aux enjeux de la nature en ville et des services rendus en matière d’adaptation au changement climatique, mais aussi favoriser les échanges avec les services opérationnels de la métropole et permettre une meilleure compréhension des contraintes de ceux-ci.

Chaque atelier a réuni entre 30 et 50 participants : élèves -tous niveaux concernés de la maternelle au CM2 ; enseignants et personnel d’entretien, parents, services de la métropole et de l’équipe projet NFCL.

Les deux premiers ateliers ont été consacrés à « parler la même langue » en matière de nature en ville, en demandant aux participants de donner les mots qui leur viennent quand on parle de la nature dans la cour de leur école ? et par des interventions des techniciens de la métropole v : qu’est ce qu’un ilot de chaleur, comment on peut désimperméabiliser la cours, quels pré requis.

Ces temps ont permis aussi à chacun et notamment les enfants de à définir leurs envies sur ce projet, de dessiner la cour d’école rêvée.

Les deux autres ateliers ont permis d’aller de traduire les envies en projets sous la forme d’esquisses réalisables en expliquant à chaque étape le possible et l‘impossible en travaillant par groupes sur des espaces spécifiques de la cour : le mur du gymnase, le potager / espaces verts « S’il n’y a pas de fraises, c’est pas un potager », l’Agora mais aussi sur l’implication de la communauté éducative et des élèves, à la fois dans la construction / conception et dans l’entretien des espaces verts. « Il faut quelqu’un pour surveiller que les insectes ne mangent pas tout »

Pour le directeur de l’école « Le projet de verdissement de la cour va être la colonne vertébrale de notre projet d’école »

L’Agence de l’Eau RMC a lancé en 2020 un appel à projets "Un coin de verdure pour la pluie", à destination des établissements scolaires pour gérer les eaux de pluie des cours d’école, collège, lycée et université. Par des actions de végétalisation et désimperméabilisation, ce qui permettra de partager prochainement de nouvelles pratiques et projets.

O:\DBM\SBPTR\4- PROJETS EUROPEENS\NATURE4CITY LIFE\2-SUIVI TECHNIQUE ACTIONS\C3 FORMATIONS\C3.1 MOOC\MOOC SP vidéos\Vidéo SP NFCL/ marc Leroy