Actions

10 actions pour 2 objectifs opérationnels

Le projet LIFE Nature for City LIFE est composé de 10 actions. Elles répondent aux deux objectifs opérationnels:

  •  Informer et sensibiliser sur la multifonctionnalité des IVB en se basant sur des sites de démonstration situés dans les milieux urbains des métropoles.

  • Mettre en place des outils, de gouvernance auprès de différents publics et acteurs territoriaux afin de renforcer l’intégration des IVB dans les projets d’aménagements urbains du projet et aux objectifs du guide du candidat.

  • 1 action d'implémentation sur le monitoring urbain et d’information socioéconomiques: elle vise la mise en place d’un monitoring urbain (qualité de l’air, effet d’îlot de chaleur, hygrométrie) et à un système d’information socio-économique visant à informer des services rendus par les IVB urbaines articulées au changement climatique. Elle répond à l’OP 1 du projet et au guide du candidat sur le volet d’information/sensibilisation face au changement climatique.
  • 4 actions d’implémentation ainsi que sur la gouvernance intégrée, la formation et la sensibilisation : ce corpus répond à l’OP 2 et à l’enjeu de la gouvernance climatique intgérée par le renforcement du dialogue environnemental dans les projets d’aménagement et aux animations liées à l'itinérance urbaine ainsi qu’au guide du candidat sur le volet formation des aménageurs et des élus afin de délivrer des solutions climatiques contextualisées et basées sur les IVB.
  • 2 actions de communication et de dissémination des résultats : elles sont basées sur du réseautage, l’organisation de forums/séminaires et sur le développement d’outils de communication comme le développement d'une exposition itinérante s’articulent avec l’OP 2 du projet et répond à l’enjeu d’une meilleure communication par les acteurs territoriaux.
  • 1 action de monitoring de l’impact des actions du projet : répond aux enjeux de suivi du projet visant à mesurer les impacts du projet au travers d’indicateurs face à l’objectif stratégique général.
  • 2 actions de gestion de projet : ces deux actions font références au suivi financier et administratif du projet ainsi qu’à la pérennité post-LIFE du projet Nature for City LIFE. L’enjeu est d’assurer le bon déroulement financier du projet au travers des 5 années de déroulement des actions et de présenter le programme d’action post-LIFE du projet.

 

ACTIONS DE MISE EN OEUVRE DU PROJET

C1 Développement d'un monitoring urbain comme outil pour la gouvernance et l'information "nature en ville et climat"

Objectifs


Les services rendus par la nature en ville en lien avec le changement climatique sont méconnus par les différentes parties prenantes (publics divers, élus, techniciens).
Cette action vise, à travers deux sous actions complémentaires, à produire directement sur les territoires des données physiques, sociologiques et économiques pour objectiver les services rendus auprès des parties prenantes. Le fait que les données soient issues du territoire leur donne un plus fort impact car elles sont adaptées au contexte territorial local et elles concernent directement les acteurs locaux.
Elle répond à l'objectif opérationnel "informer, sensibiliser et former auprès de différents publics et acteurs sur les services rendus par la nature en ville en se basant sur des sites de démonstration".

C1.1. Monitoring climatique (Atmosud)


Mise en place sur les trois territoires du projet d'un système de mesure de température, hygrométrie et qualité de l’air sur sites de démonstration, identifiés comme infrastructures vertes et bleues (IVB).
5 critères retenus pour le choix des sites démonstration:

  • dans la matrice urbaine;
  • des enjeux d’urbanisation forts;
  • carence de gouvernance concernant les enjeux liés aux IVB et au changement climatique;
  • localisation différenciée des sites en fonction d’un gradient d’urbanisation (centre-ville dense et frange urbaine plus étalée);
  • localisation sur un sentier de randonnée urbain existant ou à créer (C2.1) ou à proximité.

Les paramètres météorologiques localisés concernent les températures, l’hygrométrie, et l’anémométrie. Pour les paramètres de qualité, les polluants mesurés sont les particules (inférieures à 2,5μm - PM 2,5), les oxydes d’azote (NO2), et l’ozone (O3).
Atmosud veillera aux synergies possibles avec la caractérisation des nuisances sonores (balises bruit existantes).
Atmosud dispose d’un réseau de stations permanentes de la qualité de l’air de référence cumulant un historique de données. Ces stations répondent aux normes européennes et nationales en terme de qualité de l’air (matériel, maintenance, typologie des stations, méthodologies de mesures…) et délivrent des données alimentant les reportings nationaux et européens.
Les sites démonstration seront équipés de micro-capteurs. Pour estimer la fiabilité et connaitre l’écart de mesure entre micro-capteurs et données enregistrées par les appareils de surveillance des stations de référence, les sites de référence seront doubles: par zone géographique le microcapteur sera positionné au droit d’une station de référence. Les autres micros capteur seront positionnées sur les sites démonstration.
18 sites équipés de micro capteurs sont prévus, dont 4 en doublon sur 4 sites de référence Atmosud.
Les données météorologiques et de pollution sont centralisées sur un serveur à distance. Elles seront exportées automatiquement à des fins de traitement, consultations ou affichage dans le cadre du système de communication (installation de panneaux d'information muni d'un "QR code" pour smartphone (C2.1) renvoyant sur le site internet du projet répertoriant les données recueillies et des informations de types articles, récits, vidéo sur les IVB et le changement climatique (C3.1).

Deux niveaux d'utilisation des données sont proposés:
1. information en temps réel des données mesurées et comparaison entre sites démonstration et stations témoins pour les usagers;
2. analyse des tendances annuelles renseignant sur l'ilot de chaleur urbain et sur la qualité de l'air.
Le protocole de mesure est le suivant:

  • enregistrements quotidiens en période printanière et estivale des données de températures à 0h00 et à 12h (effet ilot de chaleur);
  • enregistrement de l'hygrométrie après des épisodes de pluie (capacité de rétention de l'humidité), données à corréler avec les températures;
  • enregistrements quotidiens (3 fois/j) des paramètres de qualité de l'air en comparant périodes de vacances vs périodes de travail et périodes de semaine vs week-end.
Résultats attendus

Production d'informations contextualisées sur les services physico-chimiques rendus par les IVB en ville face au changement climatique.

 

C1.2. Monitoring socio-économique (AMU-LPED)

Dans cette action trois types d’enquêtes sociologiques vont être menés sur la base d’une méthodologie développée par le Laboratoire Population Environnement Développement d’Aix Marseille Université.

Résultats attendus

Information renforcée concernant les usages, les attendus et les services socio-économiques rendus par la nature en ville.

Enquêtes sociologiques grand public

Sur la base des travaux de recherche menée par le LPED sur la question de la représentation sociale et de la perception des enjeux de nature en ville, il était proposé dans la candidature que des enquêtes seront menées plusieurs années de suite auprès d’habitants concernés par des projets urbains, des usagers des sentiers de randonnés urbaines. Cette évaluation continue dans le temps avait pour objectif d’évaluer l’impact des actions conduites dans le projet NFCL en matière de changements de perception et de compréhension des enjeux de nature en ville et adaptation au changement climatique.

Initialement, il était prévu des entretiens semi-directifs tous les 2 ans menés avec les usagers et les habitants de chaque site par un questionnaire commun à tous les sites, avec un objectif de 100 à 150 personnes interrogées par site.

Un premier corpus d’enquête a été menée en 2018 du mois de juin au mois de novembre 2018. Les enquêtes ont été menées dans les métropoles d’Aix-Marseille et de Nice. Pour la première, dans les villes de Miramas, Aix, et Marseille et pour la seconde à Cagnes sur Mer et à Carros. Le choix des sites a été arrêté autour de projets de renaturation urbaine de plusieurs types.

A Miramas, le quartier investigué au moyen de questionnaires passés auprès des habitants et des usagers longe un projet en cours de revégétalisation d’un boulevard. Le quartier est constitué de logement collectifs et pavillonnaires.

Dans le quartier d’Encagnane à Aix-en-Provence, c’est autour de jardins « familiaux » que les questionnaires ont été passés auprès d’habitants des logements collectifs du quartier concerné et des usagers, notamment quelques commerçants.

Le quartier de Carros-centre dans la métropole de Nice a été également enquêté sur la base d’une expérience de jardins dits « partagés », dans un contexte d’habitat collectif.

A Cagnes-sur-Mer, dans la métropole de Nice, c’est également un projet d’émergence d’écoquartier qui a dirigé les pas de l’enquête dans un quartier où coexistent une forte activité commerçante et un important parc de logements collectifs.

Le dernier site enquêté dans la métropole de Marseille est celui des Hauts de Sainte Marthe, dans les quartiers nord de Marseille, auprès d’habitants et d’usagers du quartier des Hauts de Sainte Marthe où un projet d’éco-quartier est en cours.

Au total 219 habitants et usagers ont répondu aux questionnaires de l’enquête.

Les résultats de cette première enquête ont mis en avant une réelle attente, voire une demande, de nature en ville existante, des pratiques locales pouvant constituer un terreau d’accueil à des opérations allant en ce sens. Celles-ci lorsqu’elles sont comprises comme revalorisation d’espaces urbains déclassés ou défavorisés peuvent pleinement écho aux conceptions des habitants et usagers, en même temps que modifier leur perception du lieu.

Les personnes enquêtées ont montré une bonne disposition à « accueillir » les projets de nature en ville et même à composer avec les aspects plus négatifs du développement d’espèces naturelles en milieu urbain.

Toutefois, cette bonne (pré)disposition doit être relativisée par le fait que la représentation de ce que serait plus de nature en ville reste relativement abstraite et théorique pour les enquêtés.

Par ailleurs, il apparait que pour une partie de la population les projets de nature en ville sont ceux qui visent à supprimer des sources de pollution et non ceux permettant d’ajouter de la nature à des espaces jugés comme déjà « verts ». Enfin, la conception du développement de la nature en milieu urbain s’inscrit, pour une large part de la population enquêtée dans une conception aménagiste usuelle, du type création d’une nature, relativement éloignée du concept de « naturer la ville » tel que porté par le projet N4CL, permettant à la nature « naturelle » de prendre sa place dans l’urbain.

Retrouvez ici le résultats des enquêtes menées en 2018 : Enquête 2018

En 2021, compte tenu du contexte sanitaire, le LPED a mené une enquête en direction des participants à des actions du projet : les balades du BG 2013 et le MOOC parcours initial.

Ainsi un questionnaire par courrier électronique a été adressé aux participants au MOOC qui avait suivi au moins 50% des cours proposés et aux participants des balades qui avaient accepté d’être resollicités sur le projet. 150 personnes ont accepté de répondre.

Les résultats de ces enquêtes seront prochainement disponibles.

Enquêtes sociologiques techniciens et élus des collectivités

Le second public cible de cette action est celui des élus, techniciens des collectivités, et aménageurs des territoires des 3 métropoles régionales et avec la même méthodologie d’enquête que celle utilisée pour le grand public.

L’objectif était sur la durée du projet d’interroger 100 à 150 personnes interrogées par territoire métropolitain.

Cette enquête a mis en avant l’intérêt et l’appétence des élus et techniciens sur les enjeux de nature en ville. Mais les projets urbains écologiques, principalement identifiés comme la création d’espaces verts, sont majoritairement vus comme des outils de valorisation du territoire, qu’il s’agisse d’améliorer l’image d’une ville ou de valoriser des quartiers. Ces projets sont également perçus comme permettant de créer des liens : création de liens sociaux (33,33%), création de liens de collaboration entre services et entre secteurs (transversalité 47,47%), et rapprochement avec les habitants (28,28%).

Cette enquête met également en avant dans les actions à mener pour qu’il y ait plus de nature en ville les actions liés à la gestion différencié et au développement la végétation spontanée, signe d’un travail de sensibilisation à cette problématique, effectué au sein des institutions depuis de nombreuses années et renforcée par la réglementation, puis depuis le 1er janvier 2017, la Loi Labbé interdit l’utilisation des produits phytosanitaires pour l’entretien des espaces verts, forêts, promenades et voiries accessibles ou ouverts au public.

Retrouvez ici le résultats des enquêtes menées en 2019 : Enquête 2019

Enquêtes économiques

Enfin il est prévu de réaliser un travail sur l’attractivité économique générée par la nature en ville et son impact économique notamment en menant notamment une analyse sur des données immobilières : prix, taxes perçues... ; la définition et le recueil des données d’attractivité : nombre d’entreprises nouvelles, critères de décision d’installation...).

En effet la contribution de la nature en ville à l’attractivité des espaces aménagés peut se mesurer à travers les prix du foncier et de l’immobilier à proximité d’espaces de nature en ville. Les prix sont influencés par des facteurs tels que la distance et la surface des espaces de nature en ville qui diffèrent selon les travaux

Les espaces verts sont devenus un critère clé pour 72% pour les Français, qui estiment leur proximité « importante » ou « très importante » au moment de choisir leur lieu d’habitation et il en est de même pour les entreprises.

En moyenne un appartement à proximité immédiate d’un espace vert urbain vaut 17% plus cher que le même logement situé 100 m plus loin.

Par ailleurs, en termes d’attractivité touristique, au-delà du patrimoine culturel et architectural, les visiteurs aspirent à découvrir l’ambiance de la ville, à se promener. La promenade est la 1ère activité des visiteurs des villes devant la visite du patrimoine bâti. La présence de nature en ville peut être un facteur de renforcement de l’attractivité touristique de celles-ci, dans un contexte de compétition entre les destinations.

C2 Développement d'une itinérance "nature en ville et climat" comme support d'information et de promotion

Objectifs

Cette action vise à créer des sentiers de randonnées urbaine et d'u point d'accueil itinérant "nature en ville et climat", supports innovants pour communiquer, informer, sensibiliser sur le rôle multifonctionnel des IVB urbaines face au changement climatique. Elle répond à 'objectif opérationnel "renforcer l’intégration de la nature en ville dans les projets d’aménagement urbains".
Par une plus grande sensibilisation des parties prenantes, cette action vise également à leur donner une culture commune leur permettant de faire évoluer collectivement les nouveaux projets d'urbanisme.

 

C2.1 Développement d’une nouvelle itinérance « nature en ville et climat »

Sur Aix-Marseille-Provence les sites de démonstration sont répartis sur le GR 2013. Ce sentier de randonnée métropolitain déjà existant est support de communication centré sur la culture, relie des milieux variés à des savoirs, des échelles du territoire et propose pratiques d’observation, rencontres et récits, sous forme de marches, performances, expositions, points d'accueil (observatoires, tables d’orientation, signalétique…) et contenus médias (textes, images, sons…).
Il s’agit d’enrichir les sentiers en mettant en avant les sites de démonstration passant par les sentiers et leurs rôles pour l’adaptation des villes et des métropoles face aux changements climatiques.
L'action prévoit de créer un GR sur TPM, reliant les sites identifiés dans l'action C1, en se basant sur l'expérience du GR2013, en plusieurs étapes:

  • travail sur un tracé visant la découverte des patrimoines de l'Agglomération en passant par les sites de démonstration (C1), avec une communication le rôle des IVB pour la résilience face au changement climatique ;
  • un sentier urbain balisé Grande Randonnée.

NCA a développé en 2010 des boucles de découverte sur la ville de Nice, 8 itinéraires permettent de découvrir le patrimoine naturel, culturel et historique de la ville. Ces boucles seront valorisées dans le cadre du LIFE, et complétées par l'aménagement de deux nouvelles boucles sur la thématique du climat de la nature en ville et des IVB. Les nouvelles boucles créées intègreront les sites équipés de monitoring urbain (C1.1) et seront raccordées pour former un GR urbain.
Pour chaque site identifié en C1.1, la zone sera considérée à la fois pour ses caractéristiques propres mais également comme point pour envisager une plus grande échelle du territoire et proposer une narration centrée sur les IVB et leur rôle face aux changements climatiques, notamment par une mise en relation avec le site témoin. Seront également proposés des cheminements et récits à partir du site dans une aire plus grande, de manière à appliquer les démonstrations à des formes de narration marchées susceptibles de déplacer le regard de chacun sur la ville, les IVB et les changements climatiques.
Le comité technique de suivi sera l'instance de pilotage et d’échanges de pratiques des acteurs associés à ces sentiers urbains sur les 3 territoires du LIFE. Ceci permettra d’accompagner le développement des actions sur les trois territoires de projets et d’identifier les acteurs nécessaires à leur réalisation dans une logique de transférabilité/réplicabilité des méthodologies déployées.

Les actions de partenariats prévoient:

  • des guides (publications): réédition du Topoguide du GR 2013 en 2018 et enrichissement du guide avec un volet IVB et changement climatique, édition d'un guide spécifique pour le sentier TPM, réédition du livret de NCA sur les boucles urbaines et création d'un guide correspondant;
  • des actions d’animation visant à mettre en réseau les sites de démonstration et à créer une narration concernant la multifonctionnalité des IVB et le changement climatique:
    • expéditions: récits d’enquête, installations, expositions, performances: récits d’enquêtes préalables menées par des auteurs sous des formes originales (multimédia / installations / expositions / performances). Constitution et mutualisation de ressources (open data). Réalisation de contenus print et web pour enrichir des fiches promenades téléchargeables ;
    • hospitalités sur chacun des sites: installation de refuge (pour habitants, visiteurs, la faune, la flore). Réflexions sur l’aménagement de l’espace public (workshop, ateliers d’urbanismes, constructions, rassemblement) ;
    • excursions: promenades, création de parcours, accompagnement et médiation autour des parcours, randonnées, bivouacs thématiques "nature en ville et climat".
 
De la production de récits pour partager le fruit des itinérances

Dehors ou les cahiers des itinérances Nature for City LIFE du Bureau des Guides du GR2013

En liant la connaissance à la marche, l’expérience à la conversation, l’analyse au geste, les itinérances proposées par le Bureau des guides du GR2013 au sein du projet Nature For City LIFE tentent d’explorer différentes approches de transmission pour nous apporter des savoirs tout en nous re-sensibilisant à ce qui a le pouvoir de rendre nos villes et notre monde habitables. Abordant les multiples sujets et thématiques du réchauffement climatique dans un contexte urbain (la biodiversité, la fragmentation des milieux naturels, les arbres et les rivières, la gestion...), ces balades sont conçues et animées par des artistes-marcheur·se·s.

Le Bureau des guides BGR2013 propose trois numéros de « Dehors » pour donner la parole à ces artistes- marcheurs et partager une sélection de leurs propositions pédestres réalisées dans le cadre du projet Nature for City LIFE. Ainsi nous les écoutons raconter leurs manières de concevoir ces marches, mais aussi nous confier leur parcours plus personnel dans ce questionnement contemporain qui nous concerne tous.tes, collectivement, et plus intimement.

Ces récits permettent de comprendre la construction d’un sentier métropolitain, de marcher la trame verte ou encore d’aborder le sujet de la recherche de l’ombre.

Livre Dehors 1

Livre Dehors 2

LIvre Dehors 3

 

C2.2 Création d'un point d'accueil mobile "maison de la nature en ville".

Acquisition par la Région d'un point d'accueil mobile "nature en ville et climat". Il sera déployé dans chacun des 3 territoires partenaires et positionné sur l'axe urbain du GR.
Sa vocation est d'informer et de sensibiliser l'ensemble du public (habitants, randonneurs, écoliers, écoliers, techniciens, élus) sur la nature en ville, les services écosystémiques et les techniques de développement et de gestion de la nature en ville.
Ce lieu permettra de comprendre non seulement les fonctions de la nature dans les villes, le problème du changement climatique et des changements globaux, le rôle que la nature peut jouer dans les villes pour améliorer la résilience des territoires urbains, la solidarité entre la nature dans les villes et la nature périurbaine, les concepts d'infrastructures vertes et bleues et, plus généralement, le rôle de la biodiversité pour l'humanité et le développement de nos sociétés.
Ce sera également un lieu de diffusion des actions et des résultats du programme LIFE : documentation, vidéos MOOC (C3.1).
Il accueillera une version complète de l'exposition "La nature dans la ville et le changement climatique" et constituera un point d'information sur le sentier de randonnée urbaine, y compris tous les événements qui s'y tiendront chaque année.
Ce point d'accueil mobile sera entièrement équipé pour ses missions (matériel documentaire, vidéo, son et animation).

Résultats attendus de l'action C2

Sensibilisation du public au rôle de la nature dans la ville sur le changement climatique, modification des représentations des parties prenantes, culture commune permettant aux nouveaux projets d'urbanisme d'évoluer collectivement.

C3 Mobilisation-formation des concepteurs de la ville, élus et techniciens des collectivités et des aménageurs, sur la thématique "nature en ville et climat".

Objectifs

Cette action vise à former l'ensemble des concepteurs de la ville aux services écosystémiques rendus par la nature en milieu urbain ainsi qu'aux techniques d'intégration de la nature dans les projets urbains, afin que les décideurs aient une réelle motivation à intégrer plus de nature dans les projets en cours ou futurs (zones d'aménagement concerté, réhabilitations, infrastructures...). Elle répond à l'objectif opérationnel "renforcer l’intégration de la nature en ville dans les projets d’aménagement urbains".

Elle est composée de 3 axes :

C3.1 Formation théorique des techniciens et acteurs de la ville avec la création d’un MOOC " Nature en ville et Climat " 

Cette formation vise à l'acquisition des compétences suivantes :

  • Connaitre les différentes formes de natures en ville, leur fonctionnement et les services écosystémiques associés ;
  • Connaitre l'état de l’art, les techniques d'intégration et de gestion de la nature dans les projets urbains en vue d'une meilleure résilience face aux changements climatiques ;
  • Comprendre les stratégies urbaines en matière de résilience aux changements climatiques ;
  • Participer aux échanges et à des débats sur ce sujet permettant d’enrichir les pratiques professionnelles.

Conçu sous la forme de deux parcours initial et perfectionnement, le MOOC s’adresse tout d’abord aux techniciens de collectivités en charge d’urbanisme et d’environnement, aux acteurs de l’aménagement et de la ville : concepteurs, maitres d’œuvres et constructeurs, mais aussi à tous.

4 grandes thématiques sont abordées sur les 7 semaines de cours que le MOOC offre :

1/ Nature en ville et biodiversité : Généralités et grands enjeux

  • C’est quoi la Nature en ville et la biodiversité ?
  • La Nature en ville, une « vieille histoire ;
  • Quelles sont les modifications actuelles de la Nature en ville ?

2/ Les rôles de la Nature en ville

  • Le Vivant en interactions, le rôle de la Nature en ville en lien avec l’environnement physique urbain Le rôle de la Nature en ville en lien avec le citadin et son bien-être ;
  • Les services écosystémiques en ville

3/ Comment faire la ville avec la Nature (1ère partie) : Comment faire la ville avec la Nature ?

Présentation des différentes étapes qui sont mobilisées pour la transformation de la ville :  diagnostic, conception, planification et règlementation, mise en œuvre technique.

4/ Comment faire la ville avec la Nature (2ère partie) : Comment faire la ville avec la Nature ?

  • Attachement et mobilisations ;
  • Limites et contraintes ;
  • Incertitudes.

Accessible sur une plateforme dédiée et traduite en 5 langues : français, anglais, allemand, italien et espagnol, le MOOC est composé au total de 56 vidéos

  • 36 vidéos pour le MOOC parcours initial représentant 4h45 mn de visionnage (sem. 1: 1h29, sem.2: 51 mn, sem.3: 1h26, sem.4: 58 mn), sous-titrées en français et en anglais et d’autant de quizz d’ancrage (comprenant en tout 72 questions-réponses), ainsi que de 4 quizz thématiques (32 questions-réponses) ;
  • 20 vidéos pour le MOOC parcours perfectionnement (20 vidéos intervenants représentant 3h22 mn de visionnage (sem. 1: 1h, sem.2: 55 mn, sem.3: 1h23), d’autant de quizz d’ancrage (40 questions-réponses), et 3 quizz thématiques (24 questions-réponses) ;
  • Les deux parcours sont accompagnés d’une vidéo teaser, d’une vidéo introductive et d’une conclusive.

Teaser https://youtu.be/ziDqJRZiZaE?t=6

Ces deux parcours sont accompagnés de nombreuses ressources documentaires. Sous titrés en anglais, italien, espagnol et allemand, disponibles sur une plateforme dédiée les deux parcours du MOOC ont déjà reconduit plusieurs fois sur la durée du projet LIFE.

Ainsi le MOOC parcours initial produit en 2018 et 2019 a été ouvert 4 fois : en 2019 du 23 avril au 31 mai 2019 et du 7 octobre au 15 novembre 2019, et en 2020 de manière exceptionnelle lors du confinement sanitaire du 6 avril au 1 juin 2020, puis du 2 novembre au 4 janvier 2021.

Mis en production en 2020, le MOOC perfectionnement n’a lui été mis en ligne qu’une seule fois du 15 juin au 1er septembre 2020.

Ils seront réouverts en 2021 et en 2022, puis mis en libre accès à la fin de proje

Adresse du MOOC : Nature for City LIFE (moocnatureforcitylife.eu)

Lien vers le QR code

Cette action est mise en œuvre par la Région SUD et le LPED – Aix Marseille Université.

Résultats attendus
  • En région, former 100 techniciens des collectivités partenaires du LIFE, 100 techniciens de collectivité "hors LIFE" et 200 techniciens "aménageurs".
  • Hors Région, 200 personnes par an validant les 2 sessions.
Résultats obtenus au 1 décembre 2020

A ce jour 2562 personnes se sont inscrites,

  • 2421 en langue française et
  • 141 en langues étrangères et
  • près de 500 attestations de suivis ont été délivrés, démontrant la qualité des cours proposés.

C3.2 Formation théorique des élus

Objectifs de la formation

Si la mobilisation des élus est essentielle à la bonne reussite des projets , il convient de leur donner les outils pour une meilleure appropriation des enjeux nature en ville et climat et pour d’identifier les actions à mettre en œuvre.

Des outils pratiques et  pédagogiques pour une (ré) introduction de la nature en ville

Dans le cadre du programme européen « Nature for City Life », la Région Sud Provence Alpes Côte d’Azur et ses partenaires ont souhaité, avec le concours de l’Agence Régionale pour la Biodiversité et l’Environnement (ARBE), élaborer des fiches synthétiques détaillant l’action conduite par tel ou tel, dans de nombreux domaines.

Ainsi des fiches de retour d’expériences permettant d’illustrer la faisabilité des projets ont été créées abordant ces enjeux sous plusieurs thématiques, notamment : comment intégrer la nature en ville dans les documents de planification urbaine ; comment végétaliser la toiture d’un bâtiment public ; comment accompagner et mobiliser les habitants dans leur volonté de végétalisation de « leurs » espaces publics ; comment s’appuyer sur le réaménagement d’une artère urbaine pour désimperméabiliser et améliorer la gestion des eaux pluviales ; comment favoriser la biodiversité en ville en luttant contre la pollution lumineuse ou encore comment introduire la nature en cœur de village…

Conçues comme des bases pratiques et pédagogique pour aider les collectivités à définir et mettre en œuvre leur plan d’actions pour la (ré)introduction de la nature en ville et lutter contre le réchauffement climatique, elles présentent également les contacts utiles pour aller plus loin.

Publics cibles

Elus ayant des fonctions sur l’urbanisme (planification urbaine, permis de construire...) ou sur l’environnement (climat, biodiversité, espaces verts...).

L'arbre en ville : Fiche retour d'expérience Aix-en-Provence

Désimperméabilisation et gestion alternative des eaux pluviales : Fiche retour d'expérience Aubagne

Chemin des canaux : Fiche retour d'expérience Avignon canaux

La ruche à projets : Fiche retour d'expérience Avignon ruche

Toitures végétalisées :  Fiche retour d'expérience IUT Avignon

Le PLU, un outil pour favoriser la nature en ville : Fiche retour d'expérience la Garde

Végétaliser la ville avec ses habitants : Fiches retour d'expérience Marseille et Montpellier végétalisation

Désimperméabiliser et végétaliser : Fiches retour d'expérience Miramas et Lyon Garibaldi

Pollution lumineuse et biodiversité : Fiche retour d'expérience NCA

La nature en ville dans un écoquartier : Fiche retour d'expérience Volonne

Désimperméabilisation des cours d’école Fiche Retour d’expérience  Grenoble Clémenceau

Végétalisation et gestion différenciée des cimetières Fiche retour d’expérience Besançon cimetières

Création d’une forêt « urbaine » Fiche retour d’expérience  Aubervilliers Tierce forêt  

Elles sont librement accessibles et utilisables en licence Créative  Commons.

Dans un second temps un parcours de formation spécifique va être élaboré avec l’ARBE (Agence Régionale de la Biodiversité et l’Environnement) sous la forme de plusieurs modules et de visites sur le terrain.

Résultats attendus

Formation de 150 à 200 élus pendant la durée du LIFE.

Cette action est mise en œuvre par la Région SUD.

C3.3 Ateliers pratiques élus techniciens "nature en ville et climat" sur les outils de planification et d’aménagement : PLUi, PCAE...

Objectif :

L’objectif est d’accompagner les 3 Métropoles lors de la rédaction de leurs documents de planification d’urbanisme (PLUI, SCOT…) et projets d’aménagement en cours d’élaboration, en leur apportant une ingénierie complémentaire pour l’organisation d’ateliers pratiques « nature en ville » à destination des élus et des techniciens.

Ces ateliers sont organisés soit à l’échelle métropolitaine soit à une échelle infra : conseils de territoire sur AMP, communes... Le choix de l’échelle territoriale de l’atelier est fixé en partenariat étroit avec les services des collectivités partenaires du projet.

Chaque métropole bénéficie d’une expertise de 20 jours sur la durée du projet Nature for City LIFE.

Ces ateliers pratiques sont organisés à la demande des collectivités des territoires du projet souhaitant travailler sur un document de planification ou un projet d’aménagement.

Afin d’accompagner les collectivités volontaires, la Région SUD a recruté le bureau d’études « SENSEE Culture Couleurs » spécialisé dans les domaines de la concertation et de mobilisation.

Pour présenter le contenu méthodologique de ces ateliers ,un guide pratique pour l’organisation d’ateliers élus-techniciens : lien pour acceder au guide élus techniciens

Le premier atelier organisé a concerné le Plan Climat Air Energie métropolitain de la métropole d’Aix Marseille Provence. Ainsi fin 2018, lors de deux demi-journées de travail réunissant 52 élus techniciens, mais aussi représentants du monde associatif un travail a été mené pour définir des actions identifiant les enjeux liés à la prise en compte de la nature en ville dans une logique d’adaptation au changement climatique.

Pour en savoir plus sur le PCAEM . Synthèse PCAEM_MAJmars2020-DEF.pdf (ampmetropole.fr)

Le deuxième sujet abordé dans ces ateliers a été celui du PLUi du Pays d’Aix – territoire d’AMP. A la demande des équipes en charge de l’élaboration de ce document stratégique, l’équipe du projet nature for City Life et SENNSE, deux demi-journées ont été consacrées à l’intégration des enjeux de la nature en ville dans le Projet d’Aménagement et de Développement Durable (PADD). Au-delà de la prise en compte de manière transversale de ces enjeux et de leur traduction dans le PADD, le DOO (Document d’Objectifs et d’Orientations) et enfin dans le règlement, les ateliers ont posé l’enjeu de la temporalité de leur intégration et surtout de la nécessaire sensibilisation des élus à ceux-ci.

Enfin à Miramas, une journée / atelier a été organisé avec les services d’AMP et de la ville de Miramas sous la forme d’un séminaire « Ville durable ». Réunissant près de 70 professionnels et élus. Ceux-ci ont travaillé autours des thématiques structurantes du projet « Cœur de ville » : restructuration du pole gare/Eco quartier Oasis.

Sur le territoire de Nice Cote d’Azur deux ateliers ont été organisé le premier avec les élus et les techniciens de la ville de Cagnes-sur-Mer autours des enjeux de renaturation autours de la Cagnes et le second avec ceux de la ville de Carros sur la prise en compte de la nature en ville dans les projets d’aménagement portés par la ville.

La première séance de travail de chacun de ces ateliers a débuté sous la forme d’une ballade urbaine permettant de libérer la parole, d’échanger sur l’expertise et les pratiques de chaque participant pour partager définition et enjeux en matière de services rendus par la nature en ville. Ce travail a été finalisé lors de séances de travail en petit groupe pour une intégration de ces enjeux dans les projets d’aménagements.

Un troisième atelier a été organisé avec les élus de NCA et de la ville de Nice pour travailler avec eux sur la faisabilité technique et financière de projets de nature en ville élaborés par des citoyens dans le cadre des ateliers de mobilisation citoyenne sur le projet de rénovation urbaine du quartier de l’Ariane.

Au terme du projet Nature for city Life et des retours d’expérience acquis lors de ces ateliers sera élaboré un guide bilingue français-anglaispour l’animation d’ateliers pratiques élus et techniciens « nature en ville et climat ».

Publics cibles

L'ensemble des techniciens et élus des territoires du projet ayant suivi ou devant suivre les formations théoriques (cf. C3.1).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En complément des formations théoriques, des ateliers pratiques de mise en œuvre des connaissances acquises, associant élus et techniciens, seront organisés sur les trois territoires du projet.

Objectifs

Travailler sur les docume

e NCAnts de planification urbaine concernés par la thématique:

  • trames vertes et bleues (TVB) des SCOT, PLU, PLUi, pour une prise en compte optimale des continuités écologiques à l’échelle d’une métropole jusqu’à la commune;
  • plans climat-air-énergie territoriaux sur les aspects liés au développement de la nature en ville;
  • agenda 21, pour une plus grande prise en compte de la nature dans les villes.

Ces ateliers pratiques seront organisés à la demande des collectivités des territoires du projet (Communes, EPCI...) souhaitant travailler sur un des documents de planification concerné.
Chaque année 5 sessions d'une journée seront organisées  (maximum 20 participants/session).

Publics cibles

L'ensemble des techniciens et élus des territoires du projet ayant suivi ou devant suivre les formations théoriques (cf. C3.1).


Résultats attendus

Travailler chaque année sur 10 documents différents, 50 sur la durée du LIFE .

C4 Mobilisation des citoyens sur les projets d'urbanisme

Objectifs

Cette action a pour objectif de permettre le développement de la concertation ou d’une mobilisation citoyenne le plus en amont possible afin de contribuer à prévenir le contentieux en aval. Permettre au public de formuler ses observations ou propositions, avant le dépôt du permis contribue à améliorer la qualité des projets urbains, et donc renforcer leur acceptabilité.

Elle vise à mettre en œuvre une concertation préalable facultative sur certains projets urbains et à organiser spécifiquement des ateliers autour de la thématique du développement de la nature en ville pour en renforcer la résilience face aux changement climatiques. Afin d’éviter toute méprise avec les actions de concertation telles que prévues dans la loi, cette action a été intitulée Mobilisation citoyenne.

Elle s’inscrit pleinement dans l'objectif opérationnel "renforcer l’intégration de la nature en ville dans les projets d’aménagement urbains".

Dans le dossier retenu par le programme LIFE, l’équipe projet NFCL avait proposé d’accompagner entre 5 et 10 projets urbains par métropoles sur les 5 années du projet. Ainsi, l’ensemble des partenaires avait pré identifié des projets urbains en phase projet qui pourraient faire l’objet d’un accompagnement spécifique.

Pour mettre en œuvre cet accompagnement, la Région Sud en charge de cette action a lancé un marché pour retenir un prestataire : SENNSE Culture Couleur, dont la compétence est l’animation des démarches de concertation et de mobilisation citoyenne.

Choix des projets urbains

Sur la base du listing établi par chaque métropole, des revues de projets urbains sont régulièrement organisées avec l’équipe projet NFCL, SENNSE Culture couleurs et les services des métropoles. De plus, des échanges sont également mis en œuvre avec les services des collectivités des territoires métropolitains qui peuvent solliciter un accompagnement pour des projets sous maitrise d’ouvrage locale.

Une fois les projets urbains sélectionnés, débute le travail de définition des objectifs des ateliers, du public cible et de sa mobilisation, de la durée des ateliers, du calendrier d’organisation et de la mobilisation des services …

Organisation des ateliers

Les ateliers ont été initialement conçus pour se tenir en plusieurs fois (entre 2 et 5 réunions) pour inscrire le travail de mobilisation dans la durée.

Le contenu de chaque atelier est défini de manière spécifique à chaque projet. L’objectif central, au-delà de sensibiliser les citoyens aux service rendus par la nature en matière d’adaptation au changement climatique, est de permettre par ses ateliers la production d’un contenu qui puisse alimenter les services et faire évoluer le projet pour mieux de nature en ville.

Chaque temps de travail composant l’atelier fait l’objet d’un relevé de décision transmis à l’ensemble des participants dans un souci de transparence et de partage.

En 2019 plusieurs ateliers de mobilisation citoyenne ont été organisés, dont. :

- à Port de Bouc dans le cadre du programme de renouvellement urbain avec les habitants du quartier des Comtes et les lycéens du lycée professionnel Jean Moulin dans le cadre du projet de réaménagement de la place du Quadran et de l’espace Jean-Jacques Rousseau - résultat atelier citoyen de Port de Bouc

- à Carros avec l’organisation de balades contées permettant de «re-visiter » une partie des espaces publics de la commune sous l’angle « quelle place pour la nature en ville dans un contexte d’adaptation au changement climatique ? »

Ainsi ces balades ont donner lieu à quelques jolis verbatims :

  • « Je pars avec l’espoir donné par un projet qui s’occupe de la nature en ville »
  • « La beauté de la nature, c’est aussi un service qu’elle rend »
  • « Il faut aller vers une alliance. Entre sécurité et nature, on doit pouvoir s’entendre »
  • « On a trop cherché à adapter la nature à nos besoins. On doit accepter d’être dépendant de la nature. »

lllustrations

A Nice avec les habitants du quartier de l’Ariane, un travail a été mené avec le soutien de la Métropole Nice Côte d’Azur sur la question des délaissés qui avait été ainsi poétiquement définie lors du premier atelier par une participante : « Lieu mort-vivant : mort parce qu’il n’est pas entretenu, vivant parce qu’il se développe tout seul » 

Résultat, trois projets ont été retenus : l’aménagement des berges du Paillon en lien avec le NPRU, la création de sentiers de découverte dans la colline du Tripode et celle de jardins mobiles, présentés dans le cadre d’un atelier spécifique aux élus et aux services afin de permettre leur mise en œuvre : Ariane magazine

2020 a été une année particulière peu propice au lancement de projets urbains en raison des échéances électorales et de la situation sanitaire, et son corollaire le confinement. Néanmoins ce temps a été utilisé pour travailler sur l’organisation de nouveaux ateliers et l’élaboration de plusieurs outils de communication et de sensibilisation, dont un guide présentant les ateliers de mobilisation citoyenne .

2021 s’annonce déjà comme une année riche en échanges et co construction en raison du foisonnement de projets !

 

 

C5 Forums et Séminaires

C5.1 Forums citoyens

Objectifs

Partager les expériences entre citoyens pour faire évoluer la connaissance et la conscience citoyenne autour des enjeux du projet. Renforcer l'implication citoyenne dans la gouvernance climatique de leur territoire.

Organisation

La 2ème et la 4ème année du LIFE seront organisés des temps d’échanges entre citoyens de tous les territoires du LIFE ayant participé aux ateliers d'animation mis en place dans l'action C4

Ces forums présenteront l'avancement des démarches de pilotages des systèmes de monitoring des sites.
Des spécialistes français et européens dans les domaines de la biodiversité, de l'urbanisme, du droit, feront part de leurs connaissances. Ces spécialistes seront identifiés via les échanges mis en place par réseautage.
Des expériences d'autres régions françaises et européennes sur les questions de nature en ville et de climat seront présentées et discutées avec les citoyens. Elles auront été sélectionnées dans le cadre du réseautage.

Résultats attendus

Réalisation de 2 forum citoyens (sur deux des trois territoires partenaires) avec une participation minimale de 100 personnes
Elaboration d’un dossier de propositions pour une gouvernance citoyenne sur la question de la nature en ville et diffusion à 1000 exemplaires, en français et en anglais.

 

C5.2 Forum européen "Nature en ville et changement climatique"

Objectifs

Diffuser les méthodologies et les premiers résultats du LIFE et enrichir le projet d'expériences d'autres territoires en Europe.

Organisation

Organisation d'un forum de présentations et d'échanges entre acteurs de la ville et scientifiques européens sur les services rendus par la nature en ville et les moyens de la développer.

Contenu

Restitution technique détaillée du bilan des actions du présent LIFE, mutualisation de bonnes pratiques d’urbanisation basée sur le développement de la nature en ville, à l’échelle européenne.
Constitution d'un réseau européen autour de la problématique, visant des acteurs travaillant dans le domaine de l’urbanisme et de la biodiversité.
Mise en place d'un forum virtuel, via le site web du LIFE, pour amorcer la dynamique de partage et d'échanges autour de la problématique et permettre la récolte d'expériences, dont certaines seront présentées lors du forum "réel". Chacun pourra contribuer à enrichir les échanges: expériences de bonnes pratiques, présentation d'intérêts croisés en termes de résilience face aux changements climatiques; analyse des politiques publiques appliquées à la planification urbaine; identification d’expériences et de réalisations porteuses d’innovations.
Organisation du forum "réel" de restitution et d'échanges entre acteurs de la ville et scientifiques européens pendant deux jours. Six pays européens seront sollicités: France, Espagne, Italie, Pays-
Bas, Belgique Allemagne (traduction en simultanée). Les conseils citoyens ayant participé aux actions C4 contribueront aux échanges et pourront présenter leurs expériences et les productions de leurs ateliers lors du forum final.
L’ensemble de la démarche vise notamment à aboutir, entre les pays coopérants, à l’élaboration commune d’un dossier de propositions pour une meilleure prise en compte de la nature et de ses services dans la planification urbaine.

Résultats attendus

Réalisation d’un forum d’échanges entre acteurs de la ville et scientifiques des 6 pays concernés avec une participation minimale de 200 personnes (tous publics confondus).
Elaboration d’un dossier de propositions pour une meilleure prise en compte de la nature et de ses services dans la planification urbaine.